OFFENBACH – L’île de Tulipatan – 20 & 21 avril 2024 – SAINT-NAZAIRE

2 représentations  au Théâtre Jean Bart à Saint-Marc-sur-Mer / 44600 Saint-Nazaire

  • samedi 20 avril à 20H30 
  • dimanche 21 avril à 16H00

La Philharmonie des 2 mondes célèbre le 205ème anniversaire de la naissance d’Offenbach, une facétie qui n’aurait pu que plaire à ce génial compositeur !

Audace, fantaisie, lyrisme et parodie contribuent aujourd’hui encore au succès d’Offenbach. Inventeur de l’opéra-bouffe, théâtre chanté parent de l’opérette et de l’opéra, il insuffle la jovialité typique de la fin du XIXème siècle et ses sujets satiriques véhiculant critique politique et sociale demeurent d’actualité. 

Philippe Hui, spécialiste du style offenbachien et directeur musical de L’Île de Tulipatan – vous emmènera à la découverte de cet opéra-bouffe, le plus fou et le plus débridé, créé au Festival Offenbach d’Etretat par la Compagnie Lyrique Yves Coudray. 

Billetterie / Informations 


Informations : 06 75 50 63 03


Tarifs

25 € et 15 € (pour les demandeurs d’emplois et les enfants de moins de 12 ans)

Adresse

Théâtre Jean Bart , 3 bis rue du Fort de l’Eve – Saint-Marc-sur-Mer – 44600 SAINT-NAZAIRE

Le spectacle 

Jacques OFFENBACH (Cologne 1819 – Paris 1880)

Compositeur et violoncelliste allemand naturalisé français, Jacques Offenbach est le créateur de l’opéra-bouffe français, oeuvres populaires chantées et parlées.  Il ouvre son théâtre pour y créer ses œuvres qui sont accessibles par tous : la salle des Bouffes-Parisiens est inaugurée en 1855. L’Île de Tulipatan se place dans la veine la plus bouffe et débridée d’Offenbach. Cette pièce, créée en septembre 1868, marque aussi son retour en tant que compositeur au théâtre des Bouffes Parisiens, dont il n’est plus le directeur depuis trois ans.

« La scène se passe dans l’île de Tulipatan, à 25.000 kilomètres de Nanterre, 473 ans avant l’invention des crachoirs hygiéniques ». Est-il un sujet plus imprévisible, plus insensé que celui-ci ?

“ Pour son retour au Théâtre des Bouffes Parisiens, Offenbach demande pour la première fois à Chivot et Duru – habituels collaborateurs d’Hervé, le grand rival – un livret.

Les librettistes lui offrent une histoire rocambolesque et désopilante qui avait tout pour séduire le compositeur : des situations cocasses et des quiproquos en cascades, de la satire – celle du pouvoir, exercé ici par Cacatois et Romboïdal -, et des moments de tendresse comme il les affectionne, offerts par la sincérité des sentiments des jeunes gens.

C’est en fait à une véritable mise en abîme des ressors et des conventions de l’opéra que se livrent les auteurs : le secret de la naissance – et quel secret ! -, les duos père-fille (Offenbach cite génialement le grand duo pathétique de La Juive d’Halévy, incontournable succès de l’époque) et le travesti. Là encore, le traitement est pour le moins original : s’il est assez fréquent, et communément accepté, de voir à l’opéra des adolescents interprétés par des demoiselles (tel le Chérubin de Mozart), il est inédit que le couple de jeunes premiers soit composé d’une femme sensé être un homme et d’un homme présenté comme une jeune fille !

En grands visionnaires, Offenbach et ses librettistes questionnaient déjà « le genre »…

Quel meilleur terrain pour une musique parmi les plus enlevées et les plus spirituelles qu’Offenbach ait composé ? “

Yves Coudray

LES ARTISTES

Yves Coudray, Ténor et Metteur en scène – Romboïdal

Diplômé du CNSM de Paris, Yves Coudray a une prédilection pour le répertoire français. Parallèlement à sa carrière d’interprète, il a réalisé des mises en scène qui l’ont mené au Liceu de Barcelone, à San Francisco, New York et Boston. Il consacre une partie de son activité à la formation scénique de jeunes chanteurs. Il a été directeur artistique du Festival Offenbach d’Etretat pendant 10 ans.

Philippe Hui, Direction musicale et piano

Premier prix de direction d’orchestre du Conservatoire national supérieur de musique de Paris, Philippe Hui a  assuré la direction artistique de l’Atelier Lyrique de Haute-Normandie, la direction musicale du Festival Opéra en Plein-air, et a dirigé régulièrement opéras et ballets à l’opéra de Paris. Il développe une collaboration avec les scènes étrangères autour de la musique française et notamment l’oeuvre d’Offenbach dont il est spécialiste.  Il dirige la Philharmonie des 2 mondes qu’il a fondé en 2013. 

Nina Uhari, Chef de Chant et piano

Nina Uhari étudie le piano à l’Académie Sibelius d’Helsinki et se perfectionne à Baltimore puis à Paris. Elle est engagée à la Haute Ecole de Musique de Genève en qualité de chef de chant. Titulaire à l’Ecole Normale de Musique de Paris, elle se produit en récitals et et accompagne des master class.

Michel Ronvaux – Costumes

Diplômé de l’ENSATT, Michel Ronvaux a été responsable de l’Atelier Décoration Costumes à l’Opéra Garnier pendant 30 ans. Il créé également pour clip-vidéo et cinéma. Depuis 2008, il crée les décors et les costumes du Festival Offenbach d’Etretat.

Edwige Bourdy – Théodorine

Après sa formation à  l’Ecole d’Art Lyrique de l’Opéra de Paris, Edwige Bourdy, soprano, aborde des répertoires qui vont du Baroque au Music-Hall en passant par le récital avec piano, la musique contemporaine , l’Opéra et l’Opérette. 

Amélie Tatti – Alexis

Passionnée très jeune par le choeur, la comédie musicale et les arts du cirque Amélie Tatti, soprano, intègre l’École Normale de musique de Paris. Appréciée pour ses talents de comédienne, elle est habituée aux rôles mozartiens de soubrettes. Elle intègre la troupe d’Yves  Coudray en 2018.

Mowgli Laps – Hermoza

Après avoir obtenu son DEM au Conservatoire du Centre (Paris), Mowgli Laps, tenor,  incarne des rôles dans  des opéras, des opérettes et des comédies musicales . Il est également interprète de musiques sacrées.  Il intègre la troupe Y. Coudray en interprétant Pâris dans La Belle Hélène d’Offenbach en 2015.

Gilles Bugeaud – Cacatois XXII 

Diplômé du CNSMDP, Gilles Bugeaud, baryton, se forme au théâtre  avec Maurice Sarrazin. Il crée le trio comique « La 3ème Ligne », un one man show musical : « J’ai mangé ma fourchette » et écrit avec Pierre Méchanick « Café Allais, un opéra fumiste » et Azor (2018). Son répertoire va d’Offenbach à Bernstein en passant par Rossini et Kurt Weill.

SYNOPSIS

Pour éviter à son roi la déception de n’avoir pas d’héritier mâle, Rhomboïdal, grand sénéchal de l’île, décide de faire passer la fille de Cacatois XXIII que la duchesse vient de mettre au monde, pour un garçon que l’on prénommera Alexis.

De son côté Théodorine, l’épouse de Rhomboïdal, craignant que le fils auquel elle vient de donner le jour ne soit obligé de partir un jour pour la guerre, ne voit d’autre solution pour éviter cela que de déclarer à l’état civil une fille du nom d’Hermosa

.

Les deux jeunes gens se rencontrent et inévitablement tombent amoureux l’un de l’autre, tout surpris de voir en l’autre le reflet de ce qu’il voudraient être. Le timide Alexis, aidé d’une main ferme par la robuste Hermosa, déclare sa flamme. Toute heureuse, la « jeune fille » se confie à sa mère… 

Catastrophe ! Le père croit devoir marier sa fille avec une fille qu’il a lui- même travesti en garçon, tandis que la mère croit son fils amoureux de l’héritier de la couronne… Et le duc, qui ne sait rien de cette confusion des genres, tient fermement à ce mariage